Aller au contenu principal

Zones humides

Définition:

En droit français, les zones humides sont définis comme des "terrains habituellement inondés ou gorgés d’eau de façon permanente ou temporaire. La végétation, lorsqu’il y en a, est dominée au moins une partie de l’année par des espèces hygrophiles" (art 221-1 du code de l’environnement) 

 

Zone Humide à proximité du ru de la Garde

 

Le rôle des Zones Humides:

La régulation des crues 

Une crue correspond à la montée des eaux liées à de fortes précipitations. La présence de végétation dans les zones humides permet de freiner le ruissellement. Elle retient l’eau et la crue est dissipée. Elles peuvent servir de zones d’expansion des crues : elles ont un rôle d’éponges, en abaissant le volume et la vitesse des écoulements vers l’aval.

 

Recharge des nappes et soutien d’étiage 

Les zones humides servent de réservoirs tampons intermédiaires entre la nappe et la rivière. En hiver, la rivière et les pluies rechargent la zone humide et la nappe phréatique. En été, à la période d’étiage (basse eaux) la zone humide et la nappe restituent l’eau préalablement stockée.

 

Protection des sols

La végétation des Zones Humides fixe les berges et les sols. En évitant le départ de la terre, elle représente une protection importante contre l’érosion

 

Fonctions dépolluantes

Les zones humides agissent comme un filtre épurateur. Elles piègent, grâce à la végétation, la matière en suspension solide (sédiments, fines etc...), les minéraux tel que le nitrate ou le  phosphore et les divers polluants comme les pesticides.

 

Refuge pour la biodiversité

Les zones humides représentent un puits de biodiversité. On y retrouve 30% des espèces remarquables et menacées et une multitude d’oiseaux, batraciens, insectes qui ne vivent que là.

 

Sur la Brèche, il existe une cartographie des zones humides. Elle est disponible ici.