Aller au contenu principal

Les espèces végétales

 Sur les berges et dans les lits de nos cours d'eau, nous pouvons rencontrer des espèces végétales et animales, invasives ou nuisibles. Ces espèces ont été introduites par le passé, de façon accidentelle, pour des raisons ornementales, etc.

Ces espèces ne sont pas originaires de nos régions et donc ne sont pas soumises à leurs prédateurs naturels. Pour cette raison, celles qui arrivent à s'acclimater dans nos régions, voient leur multiplication facilitée au dépens des espèces locales. En conséquence, la biodiversité s'appauvrit.

Le développement de ces espèces est favorisé sur des milieux déjà dégradés : travaux de terrassement, désherbants, absence de ripisylve...

Il est très important de mettre en place des mesures de prévention pour protéger nos rivières vis-à-vis des ces espèces nuisibles puisque une fois installées, elles sont très difficiles à éliminer. Parfois, nous ne pouvons que nous contenter d'empêcher son développement et sa propagation, sans pouvoir l'éliminer totalement.

L'élimination de ces espèces doit se faire avec précaution car le risque de propager l'espèce nuisible est important, en particulier pour les espèces végétales.

Pour plus d'informations : espèces végétales de la Brèche

Animation : Stand " Fête de la Saint-Jean 2013 ", Agnetz (cliquez sur le lien)

Les principales espèces végétales problématiques sur la Brèche sont :

- La renouée du Japon (Fallopia japonica)

- La Balsamine de l'Himalaya (Impatiens glanduliffera)

- Les Elodées (Elodea canadensis)

- La Jussie (Ludwigia grandiflora)

- L'arbre aux papillons (Buddleja davidii)

- Le Mimule tacheté (Mimulus guttatus)

 

imgLa renouée du Japon : principale plante invasive sur la Vallée de la Brèche.

C'est une plante ornementale originaire d'Asie orientale qui apparaît pour la première fois en France en 1939.

Elle affectionne les milieux humides et riches en nutriments ; et colonise particulièrement les berges et les talus routiers en formant de gros massifs très dense de 1 à 3 m de haut. La végétation locale ainsi étouffée, disparait.

Son élimination est extrêmement délicate, notamment à cause de ses rhizomes (parties souterraines de la plante). Un tout petit morceau de rhizome suffit à la formation d'une nouvelle plante.

 

 

imgLa Balsamine de l'Himalaya   

C'est une plante ornementale, annuelle, qui se développe sur les berges de limons fins. Elle aime se développer dans des zones ombragées.

La colonisation de nouveaux milieux se fait par le biais de ses graines qui peuvent dissimulées par l'Homme, les animaux ou le cours d'eau.

 

 

 

 

img

Les Elodées

Ce sont des plantes aquatiques originaires d'Amérique du Nord.

Ces plantes utilisées en aquariophilie ont été rejetées dans le milieu naturel et ont colonisé très rapidement les cours d'eau en concurrençant les végétaux aquatiques locaux.

 

 

 

img

La Jussie

La jussie est une plante de bassins d'ornement, originaire d'Amérique du Sud qui pose problème en France depuis les années 1970.

Elle se développe à la surface de l'eau et colonise les étangs et les eaux stagnantes au point d'étouffer complètement les pièces d'eau.

Cette plante se reproduit facilement par boutures.

 

 

 

img

L'arbre aux papillons

C'est un arbuste aux fleurs violettes, originaire de Chine, qui a été introduit en France comme plante ornementale en raison de son attrait pour les papillons.

Il colonise très facilement les friches et les bordures de route.

Documentation :

 

 

img

Le Mimule tacheté

Cette plante des bords de cours d'eau, à fleurs jaunes, est une espèce exotique originaire d'Amérique du Nord. Pourvue de racines adventices, c'est une vivace rampante qui a une capacité de colonisation très importante.

 

 

 

 

Plantes exotiques envahissantes du nord-ouest de la France, 20 fiches de reconnaissance et d'aide à la gestion. Conservatoire Botanique National de Bailleul. (cliquez sur le lien)